Expérimentation animale

Publié le par Fane

Bientôt la fin de l'expérimentation sur les animaux ? Espérons le !!!

Petit rappel, tout d'abord, pour ceux qui ne seraient pas au courant des pratiques des laboratoires de recherche - si on peut encore les nommer ainsi - qui pratiquent l'expérimentation animale.

On teste sur les animaux de laboratoire des produits domestiques (savons, crèmes, parfums, shampooings, etc.), des produits chimiques (encres, peintures, détergents, lubrifiants, etc.), des pesticides, des armes... Certains animaux subissent plusieurs expérimentations durant des jours, des mois ou même des années. Les chiens, chats, primates et rongeurs sont les plus utilisés mais tous les animaux sont concernés. Des maltraitances et des tortures insoutenanbles leur sont infligées, ils sont détenus dans des conditions lamentables et on les laisser agoniser pendant des jours. Pour s'en convaincre, on pourra visiter le site de One-Voice, une association qui milite activement contre toute cette barbarie et dénonce la cruauté envers les animaux.

Pour un apeçu du panel des pratiques des laboratoires, visitez le site www.artezia.net
 qui dénonce la vivisection en montrant les images chocs obtenues clandestinement par infiltration dans les laboratoires (les images pourraient choquer les plus sensibles). Par exemple, les innombrables tests pratiqués peuvent provoquer chez les animaux des convulsions, de fortes douleurs abdominales, des crises cardiaques, des tremblements et la diarrhée. Les animaux peuvent saigner des yeux, de la bouche ou des organes génitaux, vomir de manière incontrôlée, devenir paralysés, ou sombrer dans le coma. On les force à ingérer des substances toxiques, ils sont brulés, soumis à des chocs électriques, aveuglés avec des acides, lacérés, découpés, éventrés, scalpés ou congélés vivants, le plus souvent sans anesthésie. Sans parler des conditions de détention, des privations de nourriture, d'oxygène et de sommeil pour créer anxiété et agressivité.Comme vous le voyez,  la barbarie humaine n'a pas de limites.
Le pire, c'est que tout cela NE SERT A RIEN, sinon à donner un aperçu de la stupidité humaine.

L'expérimentation animale n'est pas un mal nécessaire.
En effet, l'expérimentation sur les animaux est une pratique archaïque et barbare dont la pertinence des résultats est très discutable. La science moderne démontre qu'aucune espèce animale ne peut être considérée comme modèle biologique fiable pour une autre. Le test sur animal n'apporte donc aucune garantie pour la sécurité sanitaire humaine. De plus, un symptôme obtenu artificiellement en laboratoire n’a rien de commun avec un symptôme spontané. Il y a de nombreux exemples de produits déclarés comme toxique chez certains animaux qui se sont révélé bénéfiques pour l'homme ; et inversement, des produits déclarés innofensifs les animaux ont causé beaucoup de dégats chez l'humain.

Les méthodes substitutives
L'expérimentation animale continue à grande échelle, en dépit les mesures législatives, toujours trop hypocrites, visant à réduire le nombre d'animaux sacrifiés (Loi des "3R"). Les contrôles sont nettement insuffisants et les pratiques inhumaines continuent. Pourtant, il existe un grand nombre de méthodes de recherche dites substitutives à l'expérimentation animale, qui non seulement constituent une approche scientifique plus humaine, mais qui sont souvent moins coûteuses, plus rapides et plus efficaces. Les progrès technologiques dans le domaine de la biologie notamment, ont permis de développer des méthodes adaptées pour l'évaluation des risques toxiques chez l'homme. Voici un aperçu de ces méthodes :
- Méthodes in vitro (culture de cellules)
- Toxicogénomique
- Etudes épidémiologiques (Statistiques)
- Méthodes cliniques (études des volontaires humains)
- Simulation et modélisation par ordinateur
- Comparaison des produits entre-eux (structure moléculaire, propriétés...)
- Etudes de tissus post-mortem
- Utlisations de micro-organismes (bactéries)

La directive 86/609/CEE stipule qu'il est interdit d'expérimenter sur des animaux s'il existe une méthode n'impliquant pas l'animal pour obtenir le résultat recherché. Malgré la protection que la loi est censée garantir aux animaux de laboratoire, les choses se passent souvent d'une manière différente dans la réalité, en raison d'un financement inadéquat du développement des méthodes substitutives, d'un manque de volonté politique, d'une réticence de la part des chercheurs à changer leurs petites habitudes, d'une attitude conservatrice de la part des autorités réglementaires, qui continuent à exiger l'expérimentation animale. En effet, le processus de validation des nouvelles méthodes de test peut demander plusieurs années (typiquement, 10 ans) avant que l'utilisation d'une méthode substitutive soit admise en total remplacement des tests sur les animaux.

REACH = Enregistrement Evaluation et Autorisation des produits Chimiques
La Commission européenne a lancé le projet REACH, visant à tester la toxicité de 30 000 substances chimiques pour assurer une meilleure sécurité sanitaire et environnementale. Chaques substance potentiellement dangereuse utilisée dans l'industrie devra être soumise à une evaluation afin d'être autorisée.
Initialement, les méthodes préconisées par le projet REACH reposaient sur l'expérimentation animale. Grâce aux pressions exercées par le lobby des défenseurs des animaux, certaines avancées ont pu être obtenues, mais l'application de cette directive risque de devenir synonyme d'hécatombes supplémentaires dans les laboratoires.
Cette nouvelle réglementation devrait entrer en vigueur en mai 2007. C'est une bonne chose, à condition que REACH se donne les moyens de son ambition. Le premier impératif de cette réglementation est, en effet, la fiabilité de l'évaluation de la toxicité des substances chimiques. La toxicogénomique étant reconnue par le Parlement comme méthode alternative pour l'évaluation de la toxicité, le recours aux tests sur animaux dans le projet REACH violerait la directive 86/609/CEE.

Après toutes ces considérations, il semble que l'expérimentation animale aie encore de beaux jours devant elle. Plus de 1500 nouveaux produits chimiques sont mis sur le marché chaque année...

Phrase à méditer :
" La grandeur d'une nation et ses progrès moraux peuvent se juger à la façon dont elle traite les animaux"
Gandhi

Publié dans Pollution

Commenter cet article