Le Lombricompostage

Publié le par Fane

Comme j'en parlais dans un précédent article, le compostage est la solution ultime pour réduire la taille de notre poubelle, puisqu'on peut revaloriser  pratiquement tous les déchets organiques avec cette technique.

Si l'on a pas de jardin à disposition, ou si l'on veut faire du compost plus rapidement et de meilleure qualité, on peut accélerer le processus de décomposition avec des "vers de fumier" (Eisenia foetida). J'ai utilsé des vers achetés au magasin de pêche, marqués Eisenia, ils s'agit en fait de vers de terreau, certains font jusqu'à 15 cm de long, et ils sont un peu rouges/rosés. J'en ai également récupéré dans un tas de fumier près de chez moi. (Voir mon Article précédent)

J'ai commencé l'expérience il y a environ 2 semaines et je pense que les vers se sont bien adaptés. J'ai remarqué qu'ils sont plus actifs la nuit, et certains rampent le long des paroi de la boite mais n'essaient pas de s'échapper. Il est difficile de dire combien il y a de vers exactement, mais environ 300. Ils vont vite se multiplier car je les ai vus d'accoupler de nombreuses fois. Ils aiment rester à la surface sous les cartons humides que j'ai placé sur la litière.

Je leur donne à manger 2 fois par semaine 250 à 300 g de déchets divers que je sélectionne soigneusement (pour l'instant) : épluchures de fruits et légumes, essuie-tout imbibés, marc de café et thé, carton... Je creuse un trou dans la litière et j'y place les déchets découpés, humidifiés et mélangés avec une poignée de terreau pour que cela glisse mieux dans leur gosier. Ils ont l'air d'aimer ça !!! A chaque apport de nourriture, j'enterre les déchets à un endroit différent, ce qui permet de mélanger le tout progessivement sans trop déranger les vers. Je ne peux pas encore recycler tout les déchets organiques de la maison, mais environ 30 %. Je vais bientôt augmenter la cadence et les nourrir plus.

Celà ne sent pas mauvais du tout, simplement une odeur de terre mouillée. Au bout de 2 semaines, les déchets sont bien attaqués mais ne semblent pas pourrir. Pas de mouche à l'horizon. Il n'y a pas encore de jus de décomposition qui s'achappe par les trous en dessous, pourtant c'est assez humide.

Il y a 15 jours, j'avais placé dans le fond du jardin, près du tas de compost, un piège à vers. J'avais enterré 3 grosses poignées de déchets orgniques dans le sol, histoire d'attirer les vers rouges du coin. Au bout de 2 semaines, j'ai déterré le tout à la recherche de petits mangueurs. Hélas, je n'ai trouvé qu'un seul vers de 2 cm, mais un grand nombre de mille-pattes qui avaient colonnisé mon piège. Après vérification, il s'avère que ces myriapodes se nourrissent également de matières végétale en décomposition, je décide donc de les ajouter à ma lombricompostière en renfort. J'espère seulement qu'ils ne vont pas proliférer dans ma maison !

Concernant les vers, je n'ai pas d'inquiétude car ils régulent leur nombre si la nourriture ou l'espace n'est pas suffisant. Aucun risque d'invasion, ni aucun risque d'obtenir des vers "géants" ressemblant à des serpents....Oufff !!

Lire la suite...






Publié dans Déchets

Commenter cet article

Jerome 31/12/2008 11:00

Bien, ce début de compostière.....je me permets juste de rebondir sur ce piège extérieur à matière organique, qui n'a piégé que des myriapodes.Il s'agit en fait de iules, ou blaniules, qui se nourissent de matière organique en décomposition.je pense que c'est une erreur de les introduire dans la compostière: en effet, une fois la matière organique consommée, ces bestioles s'attaquent aux matières fraîches (racines et tubercules) Imaginez alors ce qu'elles sont capables de faire une fois que l'on épand ce compost dans le potager, ou même dans des pots.Je cite ce problème car je suis concerné par des dégats racinaires dûs à ces iules, sur des plantes en pots de type ornementales.Il est très difficile de s'en débarrasser, et je ne conseille donc à personne d'introduire d'autres organismes tels que celui-ci dans votre compostière.